Skip to main content

Les réseaux sans-fil 5G sont la base du développement des villes intelligentes

Roopesh Patel, directeur, Internet des objets, Rogers service Affaires, explique comment les villes intelligentes dépendent de réseaux solides et fiables pour la transmission de données en temps quasi réel

Les immeubles caractérisent bien les villes. Qu’il s’agisse de sites emblématiques comme la tour Eiffel ou la Cité interdite, ou encore des domiciles et des entreprises que nous voyons chaque jour dans nos propres quartiers, les immeubles contribuent à rendre nos villes uniques. Les technologies connectées qui sont intégrées à ces structures (régulation de la climatisation, systèmes de sécurité, capteurs de services publics, etc.) forment la base des villes intelligentes. Grâce à la collecte, au tri et à la disponibilité de renseignements en temps réel sur l’état des lieux et sur les alertes, les technologies intelligentes procurent un confort amélioré, une sécurité renforcée et des avantages financiers pour tout le monde concerné, qu’il s’agisse des propriétaires, des gestionnaires des biens, des personnes qui habitent ou visitent les lieux.

Le tout dépend de réseaux solides et fiables servant de canal pour la transmission de ces renseignements.

Tel était le thème de la dernière discussion lors du deuxième IoT PropTech Summit, un événement annuel organisé par Eddy Solutions en novembre auquel participait Roopesh Patel, directeur, Internet des objets (IdO), Rogers service Affaires.

M. Patel a expliqué comment l’Industrie 4.0 – le terme illustrant l’utilisation croissante de l’interconnectivité, de l’apprentissage machine, de l’automatisation et des données en temps quasi réel (ou, plus simplement, de l’Internet des objets) – est mise à profit dans l’univers de PropTech, et pourquoi le réseau 5G de Rogers est si important pour l’avenir des villes intelligentes canadiennes.

La 5G et l’Internet des objets

« L’Industrie 4.0 se démarque en tant que secteur où la technologie et l’innovation connaissent un essor fulgurant, ajoutant ainsi de la valeur pour toutes les parties prenantes », soutient M. Patel.

Faisant référence à la croissance exponentielle de l’IdO axée sur les affaires, qui englobe à l’heure actuelle 10 milliards d’appareils IdO actifs et dont le marché des appareils connectés atteindra 1,6 billion de dollars d’ici 2025, il a expliqué que 83 % des entreprises qui ont adopté les technologies d’IdO estiment que celles-ci ont amélioré l’efficacité de leurs activités.

« Les réseaux cellulaires sont essentiels à la réalisation de cette vision, affirme M. Patel. La technologie 5G a une incidence positive sur les applications numériques dans les villes intelligentes. Sa haute vitesse et sa faible latence nous permettent de connecter simultanément une multitude d’appareils. »

La 5G et PropTech

En examinant plus particulièrement ce que la 5G peut faire au sein de PropTech, M. Patel a fourni une liste détaillée d’exemples. Les appareils connectés permettent de suivre les eaux usées et de fournir des renseignements à ce sujet, de réduire la congestion causée par les goulots d’étranglement dans les immeubles, d’ajuster les thermostats en fonction des conditions météorologiques extérieures et de comprendre les besoins énergétiques de chaque personne qui occupe les lieux, le tout contribuant à maximiser l’efficacité à l’intérieur des bâtiments.

À mesure qu’un plus grand nombre de capteurs et de systèmes sont connectés, nous devons assurer une interaction transparente entre chaque élément de l’infrastructure. Il est donc essentiel de disposer d’une bonne connectivité et de pouvoir effectuer un transfert des données rapidement. Le réseau 5G de Rogers est le canal tout désigné pour y parvenir.

« La 5G ouvrira la voie vers un avenir hyperconnecté, explique M. Patel. Chez Rogers, nous sommes là pour rendre les choses possibles. Favoriser cet écosystème grâce à notre réseau et trouver les partenaires qu’il faut pour résoudre les problèmes de connectivité est notre mot d’ordre. »

Les avantages financiers de la 5G

Ultimement, bien sûr, tout revient à une question de résultats financiers. Il doit y avoir un argument pécuniaire convaincant pour que les parties prenantes chargées des immeubles et des biens investissent dans l’IdO. Heureusement, ce volet s’est avéré plutôt simple.

Selon M. Patel, les technologies intelligentes axées sur la surveillance et l’ajustement de la consommation d’énergie peuvent aider à réduire les coûts énergétiques des bâtiments de 25 à 50 %. « C’est incroyable, dit-il. Non seulement les diverses parties réduisent leur consommation et visent la viabilité, ce qui constitue en soi un avantage important, elles réduisent également de manière considérable les coûts élevés d’exploitation. C’est une situation avantageuse pour tout le monde. »

Au-delà de la simple amélioration de l’efficacité, la technologie intelligente a également tendance à augmenter la valeur des actifs. Des immeubles automatisés qui nécessitent moins d’entretien physique sont tout bonnement plus attrayants. C’est surtout vrai chez les plus jeunes qui travaillent.

« Les personnes issues de la génération Y exigent des environnements modernes, explique M. Patel. Elles veulent travailler dans des immeubles dotés de technologies intelligentes. Ces immeubles sont susceptibles d’attirer des locataires. De telles technologies réduisent les taux d’inoccupation et offrent aux promoteurs immobiliers un avantage sur le plan de la vente en attirant davantage des personnes pour y habiter et y travailler. Leur valeur en tant qu’actif devient ainsi supérieure à celle d’immeubles non connectés. »

Nous examinerons de plus près plusieurs autres sujets présentés lors du deuxième événement annuel PropTech Summit dans le cadre de publications futures. Dans l’intervalle, communiquez avec un représentant ou une représentante de Rogers service Affaires pour savoir comment nous pouvons aider votre entreprise à participer à la révolution des technologies immobilières.