Skip to main content

Comment l’adoption de dispositifs de consignation électronique (DCE) fera-t-elle progresser l’industrie des transports?

Nous nous sommes entretenus avec un expert de l’industrie afin de discuter de la façon dont le règlement sur les DCE du Canada aura une incidence sur le transport commercial.

camionneur

Pour une industrie axée sur le transport efficace des marchandises, les difficultés opérationnelles que pourrait causer l’obligation de mettre en place des DCE peuvent à juste titre soulever des préoccupations. Que vous soyez un propriétaire préoccupé par un déploiement coûteux ou un chauffeur qui doit adopter une nouvelle technologie, l’intégration des DCE peut susciter une certaine hésitation. Toutefois, l’adoption hâtive des DCE a augmenté considérablement la sécurité des chauffeurs et a entraîné une réduction des coûts liés à la gestion globale des parcs de véhicules. 

Le règlement canadien sur les DCE vise les transporteurs qui relèvent de la réglementation fédérale, soit toutes les entreprises qui offrent des services de transport d’une province à une autre.

Nous avons besoin de camionneurs professionnels plus que jamais, et pourtant, il y en a de moins en moins (l’âge moyen d’un chauffeur est de 48 ans et ne cesse d’augmenter). La pandémie de coronavirus a entraîné une forte demande en transport de marchandises, ce qui encourage les chauffeurs à vouloir travailler de plus longues heures. Les DCE peuvent aider à promouvoir la sécurité tout en libérant les chauffeurs de tâches administratives qui grugent leur temps.

Pour en savoir plus sur les DCE, nous nous sommes entretenus avec Marc Moncion, vice-président, Sécurité, Conformité et Affaires réglementaires chez Fleet Complete. Pendant plus de 25 ans, Marc a occupé de nombreux postes en gestion des transports, ainsi qu’à titre d’inspecteur de première ligne et de vérificateur pour le ministère des Transports de l’Ontario. Marc est également membre du comité consultatif des intervenants sur les DCE de Transports Canada. Il a écrit plusieurs articles et billets de blogue sur le transport et continue de fournir des observations sur les technologies émergentes, les pratiques exemplaires et les affaires réglementaires dans l’industrie des transports. Fils de camionneur professionnel, Marc est toujours titulaire d’un permis de conduire commercial.

Au-delà de la conformité

Même si les DCE seront obligatoires à compter du 12 juin 2021 pour de nombreuses activités de transport au Canada, Marc fait remarquer que « plusieurs fournisseurs se conforment déjà parce qu’ils livrent des marchandises aux États-Unis et doivent par défaut se conformer aux règlements sur les DCE des États-Unis, en vigueur depuis le 18 décembre 2017 ».  Offrant des avantages distincts aux chauffeurs, aux répartiteurs et aux propriétaires, l’intégration des DCE dans ces parcs de véhicules s’est révélée d’une utilité qui va au-delà de la simple conformité. 

Pour mieux comprendre ces avantages, il vaut la peine de penser aux effets positifs que les DCE ont eus sur les transporteurs routiers aux États-Unis. Selon une étude réalisée par la Federal Motor Carrier Safety Administration (FMCSA), nous pouvons facilement cerner les avantages qu’offrent les DCE. D’après la FMCSA, les transporteurs routiers ont observé une baisse importante de la fatigue des chauffeurs et des infractions pendant les heures de service. 

« À l’heure actuelle, les DCE permettent une amélioration dans trois secteurs principaux : la conformité des heures de service, la fréquence et la gravité des accidents, ainsi que la fréquence des comportements de conduite non sécuritaires. »

En fin de compte, les DCE ont été mis en place pour répondre à des préoccupations liées à la sécurité et permettent de s’assurer que les chauffeurs ne se retrouvent pas dans des situations qui mettent leur vie ou celle d’autres personnes en danger. Marc explique, « à l’heure actuelle, les DCE permettent une amélioration dans trois secteurs principaux : la conformité des heures de service, la fréquence et la gravité des accidents, ainsi que la fréquence des comportements de conduite non sécuritaires ». Ces paramètres font partie de toute discussion sur la sécurité des chauffeurs. Selon les recherches de Marc, le règlement des États-Unis a déjà atteint son premier objectif en améliorant la conformité des heures de service et en réduisant les infractions aux règles de sécurité par les chauffeurs. On s’attend à des résultats similaires au Canada grâce au règlement fédéral qui sera mis en place en juin 2021.  

Économisez temps et argent grâce aux DCE

Les avantages vont au-delà de la sécurité. « Les DCE permettent de réduire au minimum le fardeau administratif des chauffeurs et des transporteurs routiers. Ce qui était consigné sur papier l’est maintenant par voie électronique, ce qui se traduit par des économies de temps et d’argent. » Pour quantifier certaines des économies réalisées, la FMCSA suppose que le chauffeur moyen remplit 240 fiches journalières par année. Elle estime que les chauffeurs qui utilisent un DCE peuvent réduire leur temps de consignation de 4,5 minutes par fiche journalière, ce qui équivaut à 19 heures par année. Par conséquent, la FMCSA peut estimer de façon prudente qu’un transporteur routier économise annuellement 705 $ US par chauffeur en paperasse seulement.

Bien que la date d’entrée en vigueur du règlement sur les DCE du Canada soit le 12 juin 2021, de nombreuses entreprises de transport canadiennes ont déjà prévu les retombées de cette nouvelle technologie. L’Association canadienne du camionnage estime que les économies sur les dépenses pourraient totaliser 255,4 millions de dollars, soit 36,4 millions de dollars en valeur annualisée. 

Cette estimation tient compte des différents coûts souvent associés à l’industrie du transport. Par exemple, une partie des économies découlent des avantages des DCE sur le plan de la sécurité, ainsi que de leur capacité de réduire les dommages matériels et de diminuer considérablement le nombre de blessures et de décès au volant. 

« Bien sûr, au-delà des réparations et des amendes, les accidents et les infractions aux règlements sur les heures de service empêchent les chauffeurs de faire leur travail, ce qui représente un coût supplémentaire. » Même un accident mineur peut entraîner des retards importants, et les infractions aux règlements sur les heures de travail peuvent entraîner une perte de temps pour cause d’immobilisation, une augmentation des primes d’assurance pour les camions et la perte d’occasions de transport. 

Progrès et avenir

camionneur sur ipads

De nombreux opérateurs canadiens devront munir leurs parcs de véhicules de DCE d’ici le 12 juin 2021, mais l’installation de DCE a déjà été effectuée sur 56,5 % des camions exploités au Canada. Pour ceux qui n’ont pas encore intégré les DCE à leur parc de véhicules, Marc suggère de le faire le plus tôt possible. « Vous vous éviterez de devoir précipiter l’installation des dispositifs et vous donnerez également à tous les employés affectés à un parc de véhicules, y compris les répartiteurs et les chauffeurs de première ligne, le temps d’être adéquatement formés et de se familiariser avec les nouveaux systèmes de DCE. » 

Vous voulez en savoir plus sur l’intégration des DCE à vos activités? Cliquez ici pour en savoir plus sur les solutions de DCE pour parcs de véhicules de Rogers.